L’aromachologie est une médecine douce, qui s’est développée au Japon à partir des années 80. Il ne faut pas confondre aromachologie et aromathérapie qui utilisent les vertus des huiles essentielles. L’aromachologie s’intéresse aux odeurs et leur action sur le comportement et le psychisme d’un individu.

Impact des odeurs sur le psychisme

Du point de vue médical l’odorat passe directement par le système limbique, le siège de nos émotions et les odeurs ont le pouvoir de stimuler certaines zones du cerveau. Parvenir au bien-être par les odeurs est donc possible et c’est ce que vise l’aromachologie. En effet, les odeurs ont le pouvoir d’influencer le psychisme de la personne même si on n’en prend pas conscience. Par exemple,  le citron a un effet tonic, le pamplemousse détend et agit contre les idées noires, les parfums de fleurs favorisent la concentration, la lavande est propice à la détente et diffuse une action antistress… Des études de neurosciences confortent cette théorie et mettent en évidence que le bien-être par les odeurs est une réalité. Pour illustrer cette théorie, on peut citer les ateliers olfactifs utilisés en milieu hospitalier pour soigner des patients atteints d’amnésie car les odeurs vont permettre de remonter le passé.

Intégrer l’aromachologie dans sa vie

Vous pouvez facilement faire entrer l’aromachologie dans votre vie pour découvrir les effets relaxants et le bien-être par les odeurs. Il suffit de parfumer les pièces de la maison en fonction de l’atmosphère que l’on souhaite créer. Pour diffuser une senteur agréable, vous pouvez utiliser un diffuseur d’odeur en y déposant quelques gouttes de l’huile essentielle de votre choix. Le diffuseur de parfum permet de diffuser des odeurs en plaçant un bâtonnet dans un flacon pour répandre une odeur de façon complètement naturel.

Diffuser une odeur relaxante

Ces dernières années, l’aromachologie revient en force pour créer du bien-être par les odeurs. Cette pratique n’est pas vraiment nouvelle juste que le monde moderne dans lequel nous vivons, a mis à l’écart des pratiques ancestrales qui agissent sur notre comportement et nos émotions. Pour illustrer cette idée, on peut citer les propos suivants : « Dans notre société actuelle, le sens olfactif a été totalement délaissé.  Le cerveau était au départ un bulbe olfactif. L’odorat est le sens primaire de l’homme mais on ne prend réellement conscience de son importance et de son lien intense avec nos émotions que lorsqu’on souffre d’anosmie, perte de l’odorat».